Aujourd'huiAujourd'hui15
Cette semaineCette semaine15
VisiteursVisiteurs100711

Jour 1

Alexis me récupère et c’est déjà le départ de cette aventure. Notre chemin passe par Mulhouse pour rejoindre les professeurs du Lycée Bugatti. Plus tard on rejoint un autre équipage direction Valence pour y passer la nuit. Le soir nous mangeons rougaille préparer par le plus alsacien des réunionnais Fred. Nous dormons dans les tentes chez l’habitant.

Jour 2

Réveil à 6h la nuit a été froide 4 degré un petit café et c’est parti pour 145 km direction Nîmes pour rendre visite et boire un café chez des professeurs du Lycée Voltaire quartier ouest. Après cette petite pause, on continue notre descente vers Mataro en Espagne pour y passer la nuit au Camping Barcelona.

Jour 3

Réveil à 5h nuit courte et mal de tête. L’attente au port est longue, mais on a le temps de faire connaissance avec les autres participants, après 4h de patience on embarque sur le ferry puis enfin on s’installe dans les cabines. Fatigué après cette nuit agitée, je reste dans la cabine pour me reposer.

Jour 4

Après une bonne nuit de sommeil, on attend plus que de débarquer à Tanger pour découvrir les routes marocaines et faire la première étape jusqu’à Skhirat, mais les douanes décident de nous faire encore patienter. L’épreuve des douanes enfin passée, on fonce direction Skhirat sur l’autoroute environ 180 km, lorsque on y arrive, il fait presque nuit, on a juste le temps pour s’installer dans la chambre et manger qu’il faut déjà aller au lit.

Jour 5

On a dormi à l’hôtel bien reposé on attaque l’étape 2 de Skhirat à Ben Ouidanne journée tranquille, il n’y a que de la route 350 km et une superbe cascade. Arrivée au lac à Ben Ouidanne surprise on dort sur les rives du lac asséchées nuit plutôt bonne

Jour 6 étape 3 Ben Ouidanne à Imilchil à côté d’un lac

Heureusement l’étape est courte 150 km seulement. Le paysage est époustouflant, l’atlas est magnifique, on passe un col de 2700 m ! Il fait frais ça change des derniers jours. Avec cette étape courte on a le temps pour les contrôles sur les voitures et heureusement pas de casse.

Jour 7 étape 4 Imilchil à Merzouga

La nuit a été fraîche malgré le feu de camp, c’est dur de se mettre en « PAP » avec les doigts et les pieds gelés. Au briefing on nous annonce 300 km avec un terrain mixte asphalte et pour une fois de la piste et enfin un peu de navigation la route est longue surtout avec tous ces petits villages beaucoup de gens nous font salut mais parfois on nous caillasse. En fin de journée la piste nous attend et les premières dunes se profilent, on dort au pied des dunes de Merzouga et enfin une bonne douche ça fait du bien !

Jour 8 étape 5 de Merzouga à Erfoud

Après une bonne nuit l’organisation nous brief sur l’étape du jour qui s’annonce super car on attaque les dunes de Merzouga c’est le début d’une superbe aventure dans le sable, ce sera pour moi une autre aventure qui commence avec la gestion de la pression des pneus, les premières dunes sont une découverte pour moi mais ça passe pour nous alors que la voiture n°10 perd l’air de l’essieu arrière à cause d’un problème de raccord qui sera vite réglé.

 

Jour 9 étape 6 de Erfoud à Tafraoute

La nuit à l’hôtel a été reposante pour la longue étape prévue, Gino nous demande ironiquement si nous avons casser quelque chose et cette phrase va changer toute cette belle journée qui s’annonçait. On commence par de la route tranquillement et sortie Erfoud un cycliste nous percute à l’arrière droit manquant d’arracher le système de dégonflage nous dûmes nous arrêter pour remettre en état le kit de gonflage avant de passer sur les pistes et les dunes, la terre est très sèche donc il y a beaucoup de poussière on doit garder des distances de sécurité, ce qui fait que le groupe de 4 se sépare en deux dans les dunes. Mais juste avant nous donnons les t-shirts et affaires scolaires à une association. La 9 et la 11 se sont plantées alors on décide de continuer avec la 10. Ensuite 2ème arrêt forcé en montant une dune notre voiture cale et impossible de la redémarrer, on commence alors à chercher la panne, on démonte le carburateur puis la pompe à essence et c’est enfin de compte le module d’allumage qui a grillé. Tout ça remonté, Gino avec le 4x4 balais nous rattrapait déjà. Nous continuâmes sur la piste jusqu’à Ouzina.

Jour 10 étape 7 de Tafraoute 5 Chigaga

Briefing à 7h30 et départ à 8h. Il fait beau mais très sec à la fin de la journée on a une couche de poussière sur tout le corps et la voiture est pleine aussi. Malheureusement la fin de l’étape dans les dunes est reportée à cause du vent qui s’est levé.

Jour 11 étape 8 de Chigaga à Ouarzazate

Après une nuit froide pour ma part, l’organisation décide de faire la boucle d’hier tôt ce matin dans les dunes de Chigaga et on se rend compte rapidement que le sable est très mou les passages sont à certains endroits difficiles la 11 se plante.

Jour 12 étape 9 de Ouarzazate à Marrakech

Le jour se lève, notre dernière nuit en tente se termine au camping de Ouarzazate, j’ai été réveillé par les crieurs du matin, aujourd’hui pas debriefing dommage car j’aime bien voir tout le monde le matin et écouter les bons conseils de Philippe Jacquot. On a bien fêté la veille, Fred est malade (la

tourista) et Bertrand se remet doucement de la soirée. En plus l’étape du jour comporte beaucoup de col ce qui ne facilite pas leur récupération. On part assez tard vers 10 h. Les cols s’enchaînent comme les kilomètres et nous faisons une pause devant des boutiques attrapent touristes et j’achète une pierre précieuse comme souvenir. Nous arrivons vers 15h à l’hôtel, le temps de se changer et direction le Souk en taxi c’est un autre visage du Maroc que je découvre avec ses odeurs d’épices et ses drôles de vendeurs. Nous rentrons diner à l’hôtel et passons une bonne soirée en aventuriers.

Jour 13 étape 10 de Marrakech à Tanger

La nuit à l’hôtel Zalagh Kasbah était super cela faisait longtemps que nous n’avions plus eu un tel confort, la route s’annonce calme aujourd’hui que de l’autoroute mais nous eûmes assez tôt une grosse frayeur lorsque Mr Fehr découvrit que le roulement de moyeu avant gauche faisait des siennes, après avoir rattrapé le camion de l’organisation pour récupérer un nouveau moyeu, Bertrand et Alexis le changèrent en moins de 15 min !! Ils auraient dû être mécaniciens en rallye au lieu d’enseigner à des « Wichser » comme disait Bertrand. Après cet pause moyeux la route fût bonne jusqu’au ferry